Inclusif, anticapitaliste, antiraciste... Un nouveau féminisme est-il possible ?

Du les inrockuptibles par Fanny Malrier

Les chercheuses Nancy Fraser, Cinzia Arruzza, et Tithi Bhattacharya dissèquent dans un essai tous les maux qui pèsent lourdement, voire violemment, sur la vie des femmes.

Maigres salaires, logements aux prix exorbitants, systèmes de santé imparfaits, crise climatique, violences policières, fermetures des frontières… Partout dans le monde, ces problématiques ont des conséquences majeures sur la vie des femmes. Et si les féministes s’emparaient de toutes ces questions à la fois ? C’est le pari de trois organisatrices américaines de la Grève internationale des femmes.

Les professeures Nancy Fraser, Cinzia Arruzza, et Tithi Bhattacharya publient un manifeste puissant dans lequel elles dessinent les contours d’un féminisme inclusif, anticapitaliste, antiraciste, anti-hétérosexiste, et qui milite pour l’écologie politique et l’internationalisme. Autrement dit, une alternative au féminisme libéral actuel (pensé pour une élite) ainsi qu’un féminisme pour les 99 % de la population mondiale.

Les grèves de femmes ne cessent de se multiplier aujourd’hui
et révèlent que les luttes féministes convergent davantage
avec d’autres mouvement